Petit recueil non exhaustif des fausses nouvelles à Radio-Canada

Note de l’auteure

Fin septembre, l’émission Enquête de Radio-Canada, nous offrait un reportage sur les fausses nouvelles intitulé Ceci n’est pas un faux reportage.

Après avoir regardé seulement quelques extraits, je confirme. Ce n’est pas un faux reportage, non. C’est plutôt une vraie farce. Vous comprendrez pourquoi en lisant ce qui suit.

D’emblée, il faut admettre qu’Enquête a souvent diffusé d’excellents reportages. Cependant, celui-ci n’en est pas un.

L’équipe d’Enquête s’attaque, dans tous les sens du terme, à Global Research et Mondialisation.ca, les sites web du Centre de recherche sur la mondialisation, pour lesquels j’ai travaillé pendant 7 ans. Ai-je un parti pris dans cette affaire? Bien entendu. Radio-Canada aussi, puisque la société d’État a plus d’une fois fait l’objet de critiques sur ces sites, souvent par l’auteure de ces lignes.

Par ailleurs, le journaliste qui m’a interviewée il y a deux ans pour un article de Radio-Canada International sur les attentats du 11 septembre, Gaétan Pouliot, fait partie de l’équipe de journalistes d’Enquête. Son article à lui seul m’a inspiré non pas un article, mais un blogue, La Plainte, Récit kafkaïen d’un (autre) article biaisé sur le 11-Septembre à Radio-Canada. C’est La Plainte qui m’a à son tour inspiré ce site, Le Tribunal de l’infaux. La boucle se boucle, on dirait bien.

Après seulement quelques minutes d’écoute du reportage d’Enquête, j’ai évidemment ressenti l’envie irrépressible de contre-attaquer. Je vous propose donc une série d’articles sur cette « enquête » radio-canadienne, laquelle atteindra fort probablement son paroxysme sous la forme d’une (autre) plainte formelle à l’ombudsman de Radio-Canada.

Voici donc le premier article.

Julie Lévesque


Ceci n’est pas un faux reportage, c’est une vraie farce

fake news.jpg

Il est difficile de ne pas rire sans tiquer dès le début de Ceci n’est pas un faux reportage.

 « On a mené une VRAIE démarche journalistique, dans le but de découvrir les dangers du FAUX. Vous me suivez? », demande sur un ton infantilisant l’animateur Gino Harel, non sans donner l’impression qu’il se prend pour le Wernher Von Braun du jeu de mots. On dirait qu’Enquête évalue l’âge mental de ses téléspectateurs à 10, 12 ans maximum. On a vraiment le sentiment qu’on nous prend pour des idiots, qu’on nous fait la leçon.

Ce prélude mérite que l’on évoque d’emblée un passé pas si lointain où subsistent de douloureux souvenirs de fausses nouvelles et de théories de conspiration d’envergure publiées à Radio-Canada : la pseudo-pandémie de H1N1, les mercenaires imaginaires de Kadhafi et, bien entendu, le 11-Septembre.

La soi-disant pandémie de grippe A H1N1 de 2009

En entendant « les dangers du faux », la journaliste en moi s’est demandé : va-t-on nous parler des dangers causés par la fausse pandémie H1N1 en 2009, pandémie avec laquelle Radio-Canada nous a cassé les oreilles jour après jour, qualifiant d’adeptes des théories du complot ceux qui osaient dénoncer des liens indus entre l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les compagnies pharmaceutiques?

pandémie-cartoon

Ironie du sort, Enquête avait diffusé le 5 novembre 2009 un reportage sur le H1N1, « Le virus de la peur », lequel avait suscité en moi des émotions tout aussi fortes que le présent reportage. J’étais ré-vol-tée.

Enquête présentait ainsi son émission sur le site de Radio-Canada :

« La pandémie est-elle un complot de l’industrie pharmaceutique? Les vaccins sont-ils dangereux, comme le prétendent certains opposants? Surtout, qui se cache derrière ces discours alarmistes? La réponse à ces questions lève le voile sur les véritables intentions de ceux qui répandent le virus de la peur. » (C’est l’auteure qui souligne dans toutes les citations.)

« Le virus de la peur. » Décidemment, l’équipe d’Enquête est aux jeux de mots ce que Wernher Von Braun fut à l’ingénierie aérospatiale.

Radio-Canada avait concocté un argument épouvantail en présentant dans ce reportage des personnes qui enlevaient toute crédibilité aux critiques légitimes contre l’OMS et la vaccination. On liait les critiques à « l’inquiétante biologie totale », un mouvement très controversé.

À La Presse, on allait dans le même sens avec des articles du genre « Pandémie de la grippe A (H1N1): complot ou menace réelle ? » :

Vaccines-Profits« Certains crient à la théorie du complot. D’autres multiplient les mises en garde alarmistes dans les boîtes de courriel. À les croire, c’est une pandémie inventée par les compagnies pharmaceutiques pour s’en mettre plein les poches. »

À l’époque, Global Research et Mondialisation.ca étaient très critiques de la soi-disant pandémie de grippe A (H1N1). Ils étaient de ceux qui, selon La Presse, « cri[aient] à la théorie du complot ».

Voici un court extrait d’un article de Michel Chossudovsky, directeur du Centre de recherche sur la mondialisation, publié par Mondialisation.ca le 21 août 2009.

« La pandémie de H1N1 de 2009 est une opération de plusieurs milliards de dollars […] Un nombre privilégié de compagnies pharmaceutiques et de biotechnologies ont été impliquées dans des négociations derrière des portes closes avec l’OMS […]

Théorie du complot, alarmisme selon Radio-Canada et La Presse.

En 2010, toutefois, un article du Monde, Grippe A : nouvelles accusations contre l’OMS, commençait ainsi :

« Le “British Medical Journal” souligne les liens entre les experts de l’Organisation mondiale de la santé et les laboratoires. »

L’article portait sur les conclusions d’une enquête du Conseil de l’Europe, la principale organisation de défense des droits humains du continent, comprenant 47 États membres. Celle-ci avait conclu que

« certains des experts ayant participé à la rédaction des lignes directrices de l’OMS face à une pandémie grippale ont reçu des rémunérations d’industriels pharmaceutiques – Roche et GlaxoSmithKline – impliqués dans la fabrication des médicaments ou des vaccins contre les virus grippaux. »

Le rapporteur avait par ailleurs posé la question suivante lors de l’enquête : « le virus H1N1 n’aurait-il pas simplement pu être traité par les vaccins grippaux en stock, au lieu de produire un vaccin spécial, pour lequel certaines procédures d’autorisation ont été accélérées, créant ainsi des risques de santé publique ? » (La gestion de la pandémie H1N1 : nécessité de plus de transparence, Conseil de l’Europe, 23 mars 2010)

« Virus de la peur »? Théories du complot? Non. Risques réels de santé publique et complot tout court selon rien de moins que le Conseil de l’Europe et le British Medical Journal.

Qui était donc complètement dans le champ au sujet du H1N1? Radio-Canada et La Presse. Et qui avait vu juste? Global Research et Mondialisation.ca.

Les mercenaires de Kadhafi

La journaliste en moi s’est aussi demandé si Enquête allait nous parler des dangers de la propagande de guerre, comme celle qui a mené à la destruction de la Libye en 2011, où les rebelles, favoris des médias dominants, dont Radio-Canada, ont contribué au retour en force des marchés d’esclaves.

En octobre 2011, je publiais LIBYE : Opération clandestine et propagande de guerre sur Mondialisation.ca. J’écrivais :

« Les médias, totalement contradictoires, nomment “militants pacifiques” ceux-là même qu’ils nous montrent lourdement armés. Ces “rebelles” ont été armés et financés par les services de renseignement occidentaux, et sont intégrés par Al-Qaïda, ce qui a été confirmé par l’OTAN. Une insurrection armée n’est pas une “manifestation populaire” de “militants pacifiques”. »

Je citais La dure responsabilité de protéger, un article d’Yves Boisvert publié par La Presse, et cette photo accompagnant un autre article.

Yves Boisvert écrivait :

manifestants-pacifiques.jpg« Les manifestations populaires de l’hiver ont été réprimées violemment […] Kadhafi a annoncé aux opposants une lutte sans pitié. Il a payé des milices étrangères pour combattre des militants pacifiques. »

Fake. News.

En août 2011, la présidente d’Amnistie internationale France, Geneviève Garrigos, affirmait ceci :

« Dès la mise en œuvre des troupes anti-Kadhafi, on a eu rumeurs de mercenaires qui agiraient à la solde de Kadhafi […] Aujourd’hui, force est de constater qu’on n’a pas de preuves concrètes d’utilisation de forces mercenaires par Kadhafi. »

Radio-Canada aussi avait partagé la fausse nouvelle concernant les mercenaires africains (milices étrangères) comme en fait foi cette capture d’écran :

mercenaires-africains-rad-can1

En septembre 2016, le Parlement britannique publiait un rapport accablant sur la stratégie du gouvernement britannique en Libye :

« Une enquête menée par Amnistie Internationale en juin 2011 n’a pas permis de corroborer les allégations de violations massives des droits humains commises par les troupes du régime Kadhafi. L’enquête a cependant prouvé que les rebelles à Benghazi avaient fait de fausses déclarations et fabriqué des preuves. Elle a conclu qu’une grande partie de la couverture médiatique occidentale avait d’emblée présenté une vision très partiale de la logique des événements, décrivant le mouvement de protestation comme étant tout à fait pacifique et suggérant à plusieurs reprises que les forces de sécurité du régime massacraient de manière inexplicable des manifestants non armés qui ne présentaient aucun défi sécuritaire. » (Libya: Examination of intervention and collapse and the UK’s future policy options, House of Commons Foreign Affairs Committee, 6 septembre 2016, p.15)

Le rapport conclut que le gouvernement britannique de l’époque « n’a pas analysé la nature de la rébellion de manière appropriée » et « n’a pas su identifier l’élément islamiste extrémiste au coeur de celle-ci » (Ibid. p.39).

Qui a donc publié des fausses nouvelles sur la Libye? Radio-Canada ou Mondialisation.ca?

Ben Laden, l’homme derrière le 11-Septembre : « la théorie du complot la plus tenace de notre époque »

En 2016, Gaétan Pouliot m’a interviewée pour son article Qui ne croit pas à la version officielle du 11 Septembre? qui se voulait selon lui une « incursion dans la théorie du complot la plus tenace de notre époque ». Sans nous dire clairement de quelle théorie du complot il parle, il me présente comme l’une de ses adeptes. Il existe mille et une théories du complot sur le 11-Septembre. Je n’adhère à aucune d’entre elles. Ma position a toujours été que la version officielle est un mensonge et que cela est vérifiable et vérifié. (Pour une critique en long et en large de cet article de Gaétan Pouliot, voir La Plainte.)

pouliot-pic-article.jpg
Radio-Canada a choisi d’illustrer l’article avec l’oeil de la Providence, symbole par excellence des théories du complot. Or, je n’ai jamais fait de théories du complot. J’ai toujours écrit des articles basés sur des faits établis.

Quelques jours après la publication de l’article de Gaétan Pouliot, Radio Canada diffusait à l’émission Aujourd’hui l’histoire (sic!) Oussama ben Laden, l’homme derrière les attentats du 11 septembre 2001.

Dans les faits, Ben Laden n’a jamais été accusé des attentats du 11-Septembre, faute de preuves.

Cette affirmation provient de la bouche même de Dick Cheney, vice-président des États-Unis de 2001 à 2009, lequel a admis ceci en 2006 :

dick« Nous n’avons jamais démontré ou affirmé que Oussama ben Laden était d’une manière ou d’une autre directement impliqué dans le 11-Septembre. Il n’y a jamais eu de preuve à cet effet. » (So we’ve never made the case, or argued the case that somehow Osama bin Laden [sic] was directly involved in 9/11. That evidence has never been forthcoming.)

Cette citation est disponible sur le site de la Maison-Blanche.

Vous avez bien lu, mais ça vaut la peine de le répéter : Dick Cheney a affirmé que son gouvernement n’a « jamais démontré ou affirmé que Oussama ben Laden était d’une manière ou d’une autre directement impliqué dans le 11-Septembre ».

10 ans après cette déclaration choc, Radio-Canada continuait d’affirmer que Oussama ben Laden était « l’homme derrière les attentats du 11-Septembre 2001 ».

Voilà la véritable théorie du complot sur le 11-Septembre. Cependant, puisque les médias répètent ce mensonge depuis presque deux décennies, il est devenu une vérité qui fait désormais partie de l’Histoire avec un grand H.

J’en parle en profondeur dans un article publié sur La Plainte, Ben Laden n’a jamais revendiqué les attentats du 11-Septembre et n’a jamais été accusé de les avoir commis, mais Radio-Canada n’est pas au courant.

Conclusion

On pourrait continuer ainsi sur plein d’autres sujets – crise financière de 2008, la Syrie, l’Ukraine – preuves ou absence de preuves à l’appui, c’est selon, mais là n’est pas le but de l’exercice. Ces trois exemples concrets suffisent à démontrer que celui qui accuse l’autre de publier des fausses nouvelles fait de la projection, un peu comme les Étasuniens accusent les autres d’ingérence dans leurs élections alors que l’ingérence dans les élections à l’étranger constitue leur marque de commerce.

Le prochain article portera justement sur la présumée ingérence russe dans les élections étasuniennes, laquelle sert d’entrée en matière dans Ceci n’est pas un faux reportage.

D’ici là, évitez de vous perdre dans l’espace intergalactique des jeux de mots trop recherchés.